Section allemande

Logo:

37705636 1051486925019148 462841837778894848 n 3

La Panzer aufklärungs abeitlung 9 " achtrad " est un groupe de reconstitution allemand géré par l'asbl 82nd Ab 508th Viroinval,

Elle a été créée le 15 juillet 2018.

Nous représentons les panzertruppen ( tankistes ) de la première compagnie de reconnaissance de la 9 panzer division Whermacht soit la 9ème division blindée Whermacht

Ou dans certains cas des panzergrenadier aufklärungs ( infanterie accompagnant les blindés de reconnaissance ) de la même compagnie.

 

 

 

 

But:

La création d'une section allemande dans l'asbl 82nd Viroinval, est d'une part due fait qu'elle se spécialise dans la reconstitution de combat et qu'elle a besoin d'Allemands lors de ces reconsitutions et d'autre part l'aspect commemoratif :  la plupart des gens pensent directement en voyant des Allemands aux crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis par le parti nazi et ne pensent pas au jeunes hommes qui se sont engagés dans la Whermacht ( l'armée régulière ), pour proteger leur pays et non commettre ces atrocités et qui sont mort pour leur pays. Tout comme les Américains, les Belges, les Français, les Anglais,...

Et ces hommes méritent eux aussi qu'on se souvienne.

Commandant: Hauptmann Michaël Finfe

I

Historique

 

La 9e Panzerdivision est née de la '4. Leichte-Division (division légère) qui a été réorganisée le 3 janvier 1940.

La 4. Leichte-Division est formée à Wien (Vienne) le 1er avril 1938 à partir de la Schnelle Division de la Bundesheer autrichienne à la suite de l'Anschluss (annexion de l'Autriche).

En septembre 1939, elle participe à l'invasion de la Pologne. En raison des lacunes que la campagne a révélé dans l'organisation des Leichte-Division, qui faisaient alors partie de la cavalerie, elle a été réorganisée comme la 9e Panzerdivision le 3 janvier 1940.

Peu après, en mai 1940, la 9e Panzerdivision prend part aux combats de la Bataille de France et atteint Lyon avant l'armistice du 22 juin 1940. Puis, elle est envoyée en Pologne comme force d'occupation avant de participer début 1941 à l'Invasion de la Yougoslavie et à l'opération Marita (bataille de Grèce) en parcourant l'Europe orientale de la Roumanie à la Grèce en passant par la Yougoslavie.

À la veille de l'opération Barbarossa, la 9e Panzerdivision avait une force totale de 143 blindés :

  • 8 Panzerkampfwagen I,
  • 32 Panzerkampfwagen II,
  • 11 Panzerkampfwagen III (37 mm),
  • 60 Panzerkampfwagen III (50 mm),
  • 20 Panzerkampfwagen IV,
  • 12 PzBef (chars de commandement)

À partir de l'été 1941, elle participe à l'opération Barbarossa au sein du Groupe d'armées Sud et combat à Ouman et Kiev où sa participation active permet la capture de 600 000 soldats russes. Elle est alors transférée dans le groupe d'armées Centre pour la tentative de capture de Moscou et subit durement la contre-offensive russe de l'hiver 1941-1942.

Après l'échec de la capture de Moscou, Adolf Hitler convoite les champs pétrolifères du Caucase et lance en juin 1942 l'opération Fall Blau, dans laquelle participe la 9e Panzerdivision incorporée dans le groupe d'armées Sud.

Début 1943, elle retourne dans le groupe d'armées Centre et participe en juillet à la bataille de Koursk. La 9e Panzer est subordonnée à la 9e armée et combat dans le cadre de la 47e Panzer Korps. Combattant aux côtés de la 2e, de la 4e, de la 20e Panzerdivision et de la 6e Infanterie Division, elle tente en vain de percer la ceinture défensive soviétique. Après une avance de seulement 15 km et subissant de lourdes pertes, elle renonce à sa tentative de parvenir à Koursk.

Puis, elle combat sous le groupe d'armées Sud et le groupe d'armées Centre jusqu'au printemps 1944, date à laquelle elle est retirée vers la France pour se reconstituer après avoir subi de lourdes pertes.

En France, elle absorbe les actifs de la 155e Reserve-Panzerdivision au complet. Par la suite, elle combat dans la bataille de Normandie et dans la meurtrière poche de Falaise où elle est presque anéantie. En octobre 1944, elle englobe la Panzer-Brigade 105 pour compenser ses pertes.

Elle combat à Aix-la-Chapelle pour défendre la ligne Siegfried. Ayant perdu près des 2/3 de ses effectifs, elle reçoit des renforts avant de participer en décembre 1944 à la bataille des Ardennes dans laquelle elle obtient quelques résultats. En mars 1945, elle prend part à la contre-offensive du pont de Remagen qui se solde par un échec.

Elle est finalement emprisonnée dans la poche de la Ruhr et se rend aux américains en avril 1945.

Elle n'aura jamais commis de crime de guerre durant sa campagne.

Notre véhicule: SDKFZ 247 AUSF.B

38068067 1058099537691220 4530776294928941056 n

Futur projet de fabrication: SDKFZ 234/2

7039 0 auto downl